Mais c’est qui celle-là?

Je suis une autiste de 27 ans.

Je suis mère de deux chats dépendants affectifs.

Je suis étudiante en études de genre, littérature et arts visuels (oui, je sais, c’est trop la classe).

J’ai un ego sur-dimensionné, un caractère de merde et des cheveux qui brillent.

Je suis végétalienne et je refuse les produits issus de l’exploitation animale, MAIS j’ai arrêté de me dire végane parce que les vegans me fatiguent et que je ne veux plus être assimilée à ces gens. J’aime la bouffe par dessus tout.

Je suis épileptique et ça, c’est plutôt naze. Ça me ralentit beaucoup dans ma vie quotidienne et me fatigue, je mets beaucoup de temps à m’en remettre.

Je suis militante pour la neurodiversité et les droits des personnes en situation de handicap. J’ai été diagnostiqué HQI étant enfant, mais je refuse cette hiérarchisation de l’intelligence.

Parfois je mets du temps à répondre aux commentaires, parfois je ne réponds pas car je ne sais pas quoi dire, mais j’apprécie énormément les gentils mots que je reçois et les interactions par messages privés que j’ai parfois avec des lectrices. Si je ne réponds pas tout de suite à un commentaire, c’est que je ne suis pas prédisposée à une nouvelle rencontre même virtuelle, mais je répondrai à coup sûr, plus tard.

Ce blog s’adresse aux autistes en priorité, ainsi qu’aux personnes dites « alliées » de la cause autistique qui ne prétendent pas nous apprendre, nous autistes, comment il faut s’y prendre pour être écouté.es et pris en considération.

Je suis autiste et fière de l’être.

Bonne lecture et merci d’être venu.e faire un tour par ici pour lire mes jérémiades/réflexions tordues/etc!

 

 

 

 

 

10 réflexions sur “Mais c’est qui celle-là?

  1. Tu as 27 ans… : c’est d’actualité… ? Je suis allergique aux chats…
    Végétalienne… ? Au moins, pas anorexique… !

    Du coup, tu es maigre… ? Moi, j’ai arrêté d’être végétarien… (avec un « R »)
    Par-contre, je ne supporte pas le Halouf… !

  2. Oui c’est d’actualité.
    Non je ne suis pas anorexique. Je ne vois pas le rapport avec l’alimentation végétalienne.
    Je ne vois pas la pertinence de la question concernant mon physique. Les végétalien.nes ont toutes sortes de corps, maigres, gros, musclé, pas musclé… Je ne vois vraiment pas l’intérêt de me poser des questions sur mon physique, d’ailleurs c’est plutôt désagréable.

  3. Hi Julia (enfin je crois) !
    J’ai juste 57 ans, soit 3 bonnes décennies de plus à ajouter aux stries peu marquées de ta « souche » pleine de sève et de peps ! J’ ai été récemment diagnostiquée HP après des démêlés plutôt perturbateurs avec un PN (je sais, ça fait message très codé mais je suppute que tu sauras en déchiffrer les clés). Bref, mon psy me déclare haut et fort ma douance et ma curiosité m’amène à prospérer au-delà de ce chapitre spécifique car j’ai toujours été consciente de ma « marginalité » en terme de communication au niveau de mon récepteur central et émetteur général. Beaucoup de brouillage sur la ligne en somme, tsss, tsss… On m’a souvent traitée d’asociale, de personne « brute de décoffrage » et pour les plus « sympas » de mes détracteurs, j’avais la franchise en lame de couteau. J’ai quasi toujours vécu seule, histoire de préserver mon espace vital et de ne pas me laisser enfermer dans les crocs acérés d’un autre individu, tout amour était-il ou était-elle (car j’ai vécu mes histoires d’amour sans différenciation sexuelle, ben, voui). J’ai une hypersensibilité à tout ce qui m’entoure (bruits, odeurs, tissus, pollution, vue, etc) et mon appartement est mon refuge avec des provisions suffisantes en livres pour ne pas défaillir. Le miracle est que j’ai pu avoir un enfant, un HP lui aussi, avec lequel j’ai toujours vécu sans problème, lui n’ayant jamais envahi mon espace vital plus que nécessaire et ce, d’une manière totalement naturelle… Une « éponge » qui a su appréhender la mère (indigne ?) que j’étais et ses besoins vitaux sans verbalisation de ses « maux ». Aujourd’hui, sachant ce que je sais désormais sur moi, je me sens soulagée, mieux dans mon nouveau costume d’Aspergirl même si je n’ai pas encore été diagnostiquée. Je me sens enfin en cohérence avec ce que j’ai été, ce que je suis, et ce que je veux atteindre désormais. C’est pas beau la vie ?
    France.

  4. > J’ai un ego sur-dimensionné, un caractère de merde et des cheveux qui brillent.

    De l’intérieur, j’ai aussi cette représentation de moi-même. Pourtant, avant de me détester, me repousser, me signaler que je suis insupportable, les gens me voient généralement comme gentil. La représentation que j’ai de moi quand je me regarde par l’extérieur. On est chieurs sur la forme mais on n’en reste pas moins bienveillants, voire plus, sur le fond. Et tant mieux, je préfère ça que d’avoir l’air normal. De cette façon, je marque les esprits.
    C’est cool d’avoir les cheveux qui brillent.

    > Oui c’est d’actualité.

    Plus maintenant, je crois que tu as vieilli… « À la date du samedi 8 octobre 2016, j’ai 28 ans. » Tu n’auras plus besoin de le mettre à jour comme ça.

    > Ma prosodie pédante étonne ou exaspère, et je ne peux rien pour les ragueux.ses qui haussent un sourcil à chaque fois qu’un son sort de ma bouche.

    Une prosodie pédante ? Je ne vois pas de quoi tu parles. Tu fais plein de fautes d’orthotypographie. Tu es féministe et le point que tu utilises pour introduire le féminin avec le neutre n’est même pas médian ; tu mets un point normal. C’est pas comme ça qu’on s’adresse à quelqu’un·e.
    Sans déconner (euh, si, un peu quand même), je vais t’en montrer, moi, un truc pédant :
    http://abstractluminary.com/pages/essay/
    (En vrai, je me suis un peu loupé, j’ai pas trouvé de bon moyen de supprimer la partie « pages/ » de l’URL, c’est très moche. Faudra que je recode ce site à la main un de ces jours… Et il a pas encore de certificat… Je vaux rien en fait.
    Tu me diras… Sur ce blog, j’ai des rechargements incessants sur les pages des articles. C’est pas beau non plus.)

    Ce que tu dis, c’est bateau, c’est ce qu’on ressent irrémédiablement très souvent quand on nous a forcé à penser que la vie se passait parmi les autres, et à faire comme si on était d’accord.
    Mais malgré toutes ces abominables fautes, ça reste génial et relaxant. Il faudrait plus de manifestations comme ça.

    > Le fait est que je n’ai plus besoin de ce défouloir. Je pourrais y écrire d’autres choses, bien sûr.
    > Mais ce serait faire une offense à La Fille Pas Sympa, vous le savez aussi bien que moi.
    > Car si je ne suis toujours pas -et ne serai jamais -« sympa », je n’ai plus l’énergie de m’énerver ou de m’offusquer des conneries des neurotypiques &co.

    Non, je ne le sais pas aussi bien que toi ; je ne te rejoins pas trop…
    Cet espace est donc destiné à rester un défouloir du début à la fin ?
    Si le nom du blog te correspond toujours, tu peux simplement élargir sa visée, et nous continuerons de te suivre avec joie, nous verrons de quelle manière tu construis, toujours sans être sympa.
    Si tu dois te créer un autre espace séparé sur le même système (mais peut-être n’as-tu plus envie d’écrire de cette façon après tout…), c’est soit que tu as personnellement le désir de faire une scission avec celui-ci, soit que tu as un objectif qui ne peut être atteint avec l’intitulé « La Fille Pas Sympa ». Mais à ta place, je le conserverais comme titre, le renforcerais et m’en servirais pour filtrer un peu les gens pas capables d’apprécier cette partie de moi. Indéniablement et décidément, tu ne seras jamais sympa. Et tu ne serais probablement pas intéressante autrement !

    > Le blog restera mais les commentaires seront fermés (au point où j’en suis c’est pareil, j’en ai accepté tellement peu au vu du contenu insultant de la plupart des commentaires « parentaux »).

    Faut nous appeler pour qu’on les remette à leur place ! Tu aurais alors tout un tas de commentaires trop cools.
    Ça me surprend un peu que tu les supprimes en fait. J’aime beaucoup insulter, mais j’apprécie de me faire insulter aussi, et de débattre incessamment. D’après tes dires, il semble que ça se déroule souvent mal… Pourtant, sur des déclarations posées, ta capacité de raison devrait te permettre de coincer ces gens avec classe, et de justifier ton mépris généralisé. Ou alors de constater que tu as fait une erreur et de progresser. Du moins, c’est comme ça que je l’imagine…
    En général, je déblatère tellement que les gens s’arrêtent toujours avant moi. Donc, fastoche. Je constate rapidement que j’ai une bonne raison de les mépriser.

    Mmh, il faudra donc que je prenne le relais… Très fréquemment, je me refais avoir, je retombe en milieu neurotypique, je sais que je vais devoir me faire chier pendant des heures ; et ça revient : je me mets à râler sur tout et tout le monde, à avoir un désir profond, urgent et assez peu contrôlable d’insulter et de provoquer tout ce qui bouge, en agressant par le verbe, en classant tout comme horrible et affreux, l’opposant à mes passions chéries dont je fais l’éloge. Le reste, allez vous faire foutre, je m’en tape.
    Tu t’es donc défoulée complètement en un peu plus de deux ans ? C’est cool, ça va assez vite alors. Ça fait une dizaine d’années que j’ai commencé à emmagasiner de la haine, j’ai un peu de mal à croire que je pourrai me calmer si rapidement.
    Il faudrait déjà commencer…

  5. > Ce blog s’adresse aux autistes en priorité

    La bonne blague, ce blog s’adresse au autiste de sexe féminin et féministe pensant comme Julia.
    Je suis un asperger qui cherche à créer du contact, histoire qu’on se soutienne entre aspi. J’ai bien aimé son livre, j’ai trouvé le parcours du Julia courageux. Après tentative de dialogue, j’ai du passer mon chemin, après avoir écrit que j’étais un homme… C’est pas une faute d’être un homme à ce que je sache…

  6. La fille pas sympa, c’est l’histoire ‘d’une fille qui tellement pas sympa qu’elle reproche au autiste asperger de ne pas comprendre le second degré et l’ironie ! C’est ce qu’on appelle l’hôpital qui se moque de la charité. Comment voulez-vous que les autistes asperger s’organisent entre eux dans une tel climat délétère qui malheureusement est en train de prendre de plus en plus d’importance dans la blogosphère. Je pensais voir en cette fille un soutien pour un combat, j’y ai trouvé une fille pas sympa y compris pour son combat, moqueuse, cassante, cherchant la petite bête, jusqu’à te dire : « tu comprends pas que c’est de l’ironie, gros bêta », ben non justement. Je suis resté bienveillant jusqu’à être black listé, je me suis renseigné sur le climat de la blogosphère ensuite, on m’a dit que c’était de pire en pire (notamment une personne qui est présente dans ce petit monde depuis 10 ans). Du coup je dis : stop au mauvais esprit. Ca sert à rien de faire sa victime quand on fait soi-même du mauvais esprit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s